L’adoration des mages dans l’iconographie paléochrétienne

L’adoration des mages est un des épisodes bibliques les plus connus aujourd’hui. Il est moins connu qu’il s’agit également d’un des thèmes iconographiques les plus anciens de l’art paléochrétien. On trouve ainsi une de ses plus anciennes représentations (2e siècle) dans la Capella Greca des catacombes de Priscille, à Rome.

1. Rome - Catacombes de sainte pricille - peinture de l'adoration des mages - 2e s.Rome, Catacombes de sainte Pricille, fresque du IIe siècle, L’Adoration des mages

Source image : leblogdumesnil

Cette présence précoce s’explique par la valeur symbolique de l’épisode : pour les chrétiens, il rappelle à la fois l’Incarnation du Christ en tant qu’homme, et la promesse de Rédemption que sa venue implique. Le texte, tiré de l’Évangile de Matthieu (II, 1-12), rapporte toutefois peu de détails sur l’événement, aussi les premiers chrétiens vont-ils puiser dans les sources vétérotestamentaires (Isaïe, IL, 23 ; LX 5-6 ; Psaume LXXII, 2 ; Nombres, 24, 17 ; Michée, 5, 1) et apocryphes (Protévangile de Jacques, XXI, 1-3 ; Evangile du Pseudo Matthieu, XVI, 1-2 ; Evangile arménien de l’Enfance, XI, 1-25 ; Avangile arabe de l’Enfance, I, 1-5 ; V, 1-6 ; VI, 1-3) pour enrichir le thème.

texte matthieuTrois éléments composent généralement la scène : le groupe des mages, l’étoile qui les guide, et la Vierge et l’Enfant.

sarcfagoromanocastiliscBas-relief d’un sarcophage romain, IVe siècle, église Saint-Jean-Baptiste (Castiliscar, Espagne)

Sources images : Misha – université de Strasbourg

Les mages :

Le nombre de mages représenté est variable : deux, trois, quatre, parfois douze ! Ce n’est qu’au 3e siècle que le nombre sera fixé à trois, en lien sans doutes aux trois présents apportés, ou encore à la valeur symbolique du chiffre dans la religion chrétienne.

5. Rome - Catacombe de domitille - 4e s.Rome, catacombe de Domitille, fresque du IVe siècle, Adoration des mages

Source image : christ-roi.net

Les costumes des mages sont souvent identiques, à la mode persane (bonnet phrygien, chlamyde, chiton (tunique courte), anaxyride (pantalon collant)), la tradition voulant que ces personnages soient venus de régions d’Orient. Ce costume s’inspirerait également des représentations païennes des peuples d’Asie.

costume perse1. Plaque funéraire des catacombes de Priscilla – Adoration des mages , 3e – 4e siècle, Musée Pio Cristiano (Vatican)

2. Darius, frise de Persépolis (détail de la procession des Tributaires), v. 500 avant JC, bas-relief polychrome, 125 x 2,40 m, plaine de Marvdasht (Iran)

Images : © Montage photo Thérèse Kempf

Les offrandes apportées par les mages ont chacune une symbolique : la royauté pour l’or, l’essence divine pour l’encens, et la condition mortelle pour la myrrhe. Leur représentation est variable : coffrets, vases, miches de pain, corbeilles de fruits ou plats. La myrrhe est parfois représentée par un pain rond, et l’encens par de petites boules. Parfois les mages portent une sorte de couronne, masse ronde, épaisse et creusée en son milieu. Pour porter ces offrandes, les mains des mages sont souvent voilées ou couvertes des pans de leurs manteaux ; il s’agit là d’une coutume d’Orient importée à Rome, signe de soumission et d’hommage des peuples vaincus à l’empereur romain. C’est également une façon de préserver les objets offerts de toute souillure et de tout contact avec la peau ou l’haleine. Ce geste apparaît dans l’iconographie dès le IVe siècle et perdure au moins jusqu’à la fin de l’empire byzantin.

rome vatican sarcophge IVe sieclecastilicr1. Bas-relief de sarcophage, Adoration des mages, IVe siècle, Musée du Vatican (Rome)

2. Bas-relief d’un sarcophage romain (détail), IVe siècle, église Saint-Jean-Baptiste (Castiliscar, Espagne)

Sources images : Misha – université de Strasbourg

Si les noms des mages ne seront établis qu’à partir du XIe siècle, leurs âges le seront plus tôt, dès le 4e siècle, sans doute en référence aux trois âges de la vie.

The Three Magi on their way. Mosaic (6th)Mosaïque recouvrant le mur gauche de la nef, VIe siècle, Saint-Apollinaire-le-Neuf (Ravenne)

Source image : narthex

La représentation de l’étoile :

L’étoile, de par l’importance du message qu’elle annonce, va acquérir une place non négligeable dans l’iconographie paléochrétienne. Elle apparaît dans la sculpture aux IVe et Ve siècles.

8. Rome - Musée du Vatican - panneau sarcophage romain -adoration des mages - 4e s. - provenance cimetière sainte Agnès romeBas-relief d’un sarcophage romain, IVe siècle, Musée du Vatican (Rome)

Source image : mariedenazareth

Un mage est parfois représenté en train de la désigner, geste qui demeure assez rare entre le Ve et le XIe siècle ; dans ces rares cas, le mage montrant l’étoile ne porte souvent pas de présent, car il est difficile pour les artistes de faire coexister les deux attitudes.

arles sarcophageBas-relief d’un sarcophage, IVe siècle, Musée départemental Arles antique

Sources images : Misha – université de Strasbourg

Par la suite, lorsque le cycle des mages se développera, les artistes représenteront une scène spécifique : les mages observant l’étoile.

La représentation de la Vierge et l’Enfant :

L’âge de l’enfant diffère souvent dans les représentations, en raison des divergences de l’Eglise sur la question de la visite des mages : dès la naissance ou deux ans plus tard ? L’art byzantin choisi la première option, l’Occident la seconde. Les artistes semblent quant à eux avoir opté majoritairement pour la première tradition.

9. Rome - sarcophage -adoration des mages - 4e s.Rome, sarcophage, détail de l’Adoration des mages, premier tiers du IVe siècle

Sources images : Misha – université de Strasbourg

De plus, la Vierge peut être représentée couchée ou assise, son enfant dans les bras, cette dernière figure étant un type universel que l’on retrouve par exemple dans l’art égyptien et romain, rappelle celle de l’empereur romain recevant l’hommage des vaincus.

isis & statue romaine1. Isis Allaitante, statuette égyptienne, 800-650 av. JC, faïence, Hood Museum of Art, Dartmouth College, Hanover, New Hampshire, USA

2. Isis lactans, statue romaine, marbre, 1,5 m. de haut, Musée Pio Clementino (Vatican)

Images : © Montage Thérèse Kempf

Socle-de-lobélisque-de-ThéodoseConstantinople, Obélisque de Théodose (socle), bas-reliefs, IVe siècle

Source image : theswedishparrot.com

C’est l’Adoration des mages qui semble avoir fixé ce modèle, symbole de l’incarnation du Verbe en tant que fils d’homme, et qui va devenir un objet de culte dont la diffusion sera accentuée avec le concile d’Éphèse en 431 qui proclame Marie « mère de dieu » (Théotokos).

3. Cathedrale de Tolentino dans les marches - sarcophage de Flavius Julius Catervius - adoration des mages - fin 3e s.1. Cathédrale de Tolentino dans les marches, Sarcophage de Flavius Julius Catervius – Adoration des mages, fin 3e s.

2. Plaque d’ivoire provenant probablement d’un polyptyque, 1er quart du Ve siècle, Musée de la faïence Frédéric Bandin (Nevers)

Images : © Montage Thérèse Kempf

La position et l’âge de l’enfant dans la représentation de l’adoration sont importants car elles permette d’en situer l’origine, selon Gilberte Vezin qui les regroupe sous trois formules : hellénistique (minimum de personnage, l’enfant âgé de quelques années assis sur les genoux de sa mère, avec ou sans fond architectural) ; syro-héllénistique (Vierge assise réunissant les mages et les bergers, abandonnée presque complètement en Occident pendant le Moyen-Âge) ; orientale (Adoration des mages liée à la Nativité, Vierge encore couchée dans la grotte). La position de la Vierge est donc très importante car elle est souvent une marque d’origine de l’œuvre.

arch-mosaic-group-c-paradoxMosaïque du Ve siècle recouvrant l’arc triomphal de la Basilique Sainte-Marie-Majeure (Rome)

Source image : le blog du mesnil

L’iconographie relative à l’Adoration des mages ne va cesser de se développer au cours des siècles, qu’il s’agisse des costumes persans qui vont disparaître à partir des Xe et XIe siècle au profit de costumes contemporains, puis l’apparition de la couronne, à partir du Xe siècle, et enfin du mage noir) à la fin du XIVe siècle, sous l’influence du réalisme de l’art septentrional.

Si ce thème a tant évolué au cours des siècles c’est, nous l’aurons compris, notamment en raison de son importance idéologique pour l’Église.

12. Ravenne - Saint Vital -Impératrice ThéodoraRavenne, Saint Vital – Impératrice Théodora et détail de la robe

Image : © Montage Thérèse Kempf

Thérèse Kempf

UPJV – L2 Histoire de l’Art

Bibliographie :

Jean DANIELOU, Les symboles chrétiens primitifs, Seuil, Paris, 1961 (1e éd.), rééd. 1996

André GRABAR, Les voies de la création en iconographie chrétienne, Flammarion, Paris, 1979

André GRABAR, Le Premier Art chrétien (200-395), Paris, 1966

Frédéric TRISTAN, Les premières images chrétiennes. Du symbole à l’icône. IIe s.-VIe s., Fayard, Paris, 1996

Persée : Gilberte VEZIN, L’adoration et le cycle des Mages dans l’art chrétien primitif. Etude des influences orientales et grecques sur l’art chrétien, 1952.

1 commentaire

  1. Si je pouvais ajouter, en marge du sujet :
    La représentation de Saint Joseph varie selon la tradition latine et la tradition orthodoxe. Dans cette dernière, on voit souvent St Joseph à part, détourné et comme boudeur. En revanche, dans la représentation latine, il est associé dans la Sainte famille. Je ne sais si cela remonte à avant le grand schisme de 1054… de même, Saint Joseph apparaît-il dans l’adoration des mages ?
    De même, vous ne mentionnez pas les animaux (l’âne et le bœuf) qui apparaissent de mémoire assez tôt dans la tradition. L’âne est utile car il servira ultérieurement à la fuite en Égypte. On a trouvé une utilité au bœuf : par son souffle il réchauffait le petit Jésus.
    Cela pourrait faire l’objet d’un second billet ? Car il doit bien y avoir des iconographies précoces de ces autres « personnages ». Idem pour les bergers.
    Bravo encore…
    Le Chardon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s