Je suis né un 13 novembre

Ce jour là il faisait moche. Enfin, le matin il faisait beau, si bien que quand j’ai ouvert les yeux le soleil m’a ébloui, un peu, ça n’a pas duré étant donné que je me suis levé à 13h30. De plus…

Ça peut pas continuer comme ça, je suis désolé je ne peux pas vous raconter ma vie du vendredi 13 novembre 2015. Ça n’a pas de sens, pas plus que de dire que ce matin tout allait bien, que les petits oiseaux chantaient et que depuis seuls les corbeaux n’ont pas perdu leurs voix. Leurs voix… Ça n’a pas plus de sens que de dire que j’ai l’impression d’avoir tellement de vaisselle à laver que je me demande bien comment tout ça peut rentrer dans mon placard !! Putain ça n’a pas plus de sens que de se dire qu’aujourd’hui, un de mes groupes préférés donnait un concert à une heure de chez moi, et que j’y ai échappé de peu. Je ne savais même pas qu’ils jouaient « donc » j’y ai échappé de peu, bordel.

Certains n’ont pas eu cette chance, ils ont supplié leurs parents de pouvoir sortir ce vendredi soir, certes ils avaient cours le samedi matin mais c’est quand même bien plus important d’aller voir ce concert de ouf ! En plus le groupe de repassera pas de si tôt dans le coin, et puis soyons honnêtes, le cours du samedi matin ce n’est que des maths et le prof est chiant à mourir…

Certains ont réussi à avoir ce train à la dernière minute parce que la game a duré plus longtemps que prévu. Et, tout en crachant leurs poumons, reprennent une fois de plus la décision d’arrêter de fumer, ou au moins d’arrêter la clope, les joins ça passe. Et puis pourquoi pas, de se remettre au sport, aller c’est dit.

Pour d’autres, le 13 novembre est un jour important, ils laissent les gosses à la babysitter du 5ème étage, et prennent la première rame pour un petit bistrot de l’est parisien. Bon certes ça n’est pas une décennie, mais sept ans de mariage c’est un cap quand même. Et puis la nuit parisienne vous donne cette impression d’être hors du temps, alors pourquoi ne pas enchaîner sur un concert de rock, comme quand on avait 20 ans.

En effet aujourd’hui nous sommes le 13 novembre 2015 et l’ordre des choses vient de basculer. Aujourd’hui, pouvoir assister à un match de foot entre deux pays libres qui se sont fait la guerre par le passé n’est plus une chance.

Aujourd’hui aller au concert d’un groupe de rock qui fait danser les foules sur des rythmes endiablés en diffusant des messages de paix, le tout, dans une salle de Paris qui brille par son histoire n’est plus une chance. Aujourd’hui, se délecter d’une bière sur la terrasse d’un bistrot en compagnie de la personne qui nous fais rêver, ça n’est plus une chance.

Mais comment peut-on avoir eu de la chance d’être resté chez soi ? de préférer avec le recul, être resté dans sa petite piaule pourrie à rien foutre plutôt que d’être sorti avec des potes? Ah oui c’est vrai, ce soir là on n’avait pas de tune, ouf…

Yohann Marchand

UPJV – L1 Arts du spectacle

4 commentaires

  1. Et bien, ça sonne quand même comme les paroles d’une chanson … c’est vrai et c’est triste. Les mots s’égrainent, les images reviennent … Il faudrait quelqu’un pour les mettre en musique, à la manière d’un Vincent Delerm …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s