« L’Album de miniatures d’Amiens : découpages et collages de fragments d’enluminures »

Pendant un mois, du 1er au 30 avril 2018, le public a l’occasion de découvrir pour la première fois un manuscrit tout à fait exceptionnel conservé à la bibliothèque Louis Aragon d’Amiens : l’Album de miniatures (ms 107 C).

 

Amiens, BM, ms 107 C, Album de miniatures, f°4v – 5r
Photo : © Jean-François Fournier, 2016

Cette exposition, située dans la galerie menant à la salle patrimoine, présente ce manuscrit atypique entré dans les collections de la bibliothèque en 1891, suite à la confiscation des biens du clergé. Autrefois conservé au couvent des Augustins d’Amiens, on ne sait à ce jour rien de ce créateur, si ce n’est qu’il opéra entre 1664 et 1791.

vieil amiens frères duthoit ancien couvent des augsutins.png

Amiens, BM,  Ancien couvent des Augustins (Manufacture de draps 1825), dans Le vieil Amiens, dessiné d’après nature par Aimé et Louis Duthoit, Amiens, imp. De T. Jeunet, 1874, PIC
Photo : © Bibliothèque municipale Louis Aragon (Amiens), 2018

Cet Album de miniatures est réalisé à partir de miniatures découpées dans quatre livres d’heures (recueils de prières destinés aux laïcs, très en vogue au Moyen Âge), et assemblées sur les feuillets d’un cinquième, les Heures a, au format supérieur ; celui-ci vit ses feuillets dépouillés du texte central qu’ils accueillaient, ne laissant que les marges enluminées, ainsi que cinq très belles miniatures en pleine page. C’est à ces emplacements laissés vides que furent collés les fragments d’enluminures provenant des quatre autres manuscrits.

 

Amiens, BM, ms 107 C, Album de miniatures, f°17v – 18r
Photo : © Jean-François Fournier, 2016

 L’exposition présente les cinq livres d’heures composant l’Album de miniatures, s’attardant davantage sur les Heures a, dont deux magnifiques miniatures en pleine page furent réalisées par l’enlumineur et libraire parisien actif entre 1512 et 1541 : Étienne Colaud. On peut d’ailleurs admirer l’une d’elle, Saint Jean sur l’Île de Patmos, ainsi que les feuillets de deux autres manuscrits conservés à la bibliothèque Louis Aragon : un Livre d’heures à l’usage d’Amiens réalisé entre la fin du XVsiècle et le début du XVIe, (ms. 201 A) et un Psautier à l’usage d’Amiens (ms 124 D) datant du XIIIe siècle ; ces deux manuscrits se sont vus également dépouillés de certains de leurs feuillets et enluminures.

 

Amiens, bibliothèque municipale, ms 201 A, Heures à l’usage d’Amiens, fin XVe – début XVIe siècle, f°133v-134r
Image : Enluminures
Amiens, bibliothèque municipale, ms 124 D, Psautier à l’usage d’Amiens, XIIIe siècle, f°28v-29r
Photo : © Bibliothèque municipale Louis Aragon (Amiens), 2018

Le contexte historique et culturel entourant ce type de pratique est par la suite présentée au public. À partir de la fin du XVIIIe siècle et tout au long du XIXe siècle, l’enluminure médiévale est redécouverte et provoque un véritable engouement : on les copie, on les imite, on les diffuse via la gravure ou la photographie… et on les collectionne, en n’hésitant pas à les découper dans les manuscrits, puis à les remanier, les encadrer, etc.

 

Feuillet d’un Livre d’heures et bordure d’un calendrier (montage), Paris, 1440-50 (bordure), 1465 (feuillet), peinture a tempera, encre et or sur parchemin, Amiens, Musée de Picardie, MP 999.1226
Le Coloriste enlumineur (15/03/1893), Paris, BnF, FOL-V-3336
Photo : © Musée de Picardie (Amiens), 2018
Image : Gallica

L’exposition encourage ensuite le visiteur à réfléchir à ces pratiques, qui peut-être peuvent choquer les contemporains que nous sommes. Si l’on regarde l’usage que l’on peut faire aujourd’hui de nos livres, le regard que l’on porte sur les hommes du XIXe siècle s’adoucit : si nos livres nous transmettent leurs savoirs, nous n’hésitons pas nous aussi à les détourner de leur nature première, par exemple en les utilisant pour caler une table bancale. De même, les artistes d’aujourd’hui utilisent eux aussi les livres comme médium à leurs créations : des représentations de quelques unes sont ainsi présentées au public, comme l’oeuvre d’Anselm Kiefer, Fleurs de Cendre (2006).

 

Anselm Kiefer pour Paul Celan, Fleurs de cendre, 2006, huile, émulsion acrylique, shellac et livres brûlés sur toile, 330 x 760 x 40 cm, collection particulière
Image : L’Art du temps

Pour conclure cette exposition, les créations enluminées des élèves de la classe de moyenne et grande section de maternelle de l’école La Vallée (Amiens) sont accrochées aux murs de la galerie : imitant le créateur de l’Album de miniatures, ils ont découpé des copies des feuillets enluminés de l’Album, et créé leurs propres initiales enluminées. Un bel hommage rendu à cet objet exceptionnel et encore méconnu.

 

Amiens, Bibliothèque Louis Aragon, galerie menant à la salle patrimoine  – Jane Sinniger, Initiale, découpages et collages, 2018, collection particulière
Photo : © Thérèse Kempf, 2018

Exposition « L’Album de miniatures d’Amiens, découpages et collages de fragments d’enluminures », du 1er au 30 avril 2018, à la Bibliothèque municipale Louis Aragon d’Amiens ; commissaire d’exposition : Thérèse Kempf

Thérèse Kempf

M2 Histoire de l’art, spécialité Histoire de l’art médiéval

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s